Davel, le patriote sans patrie – C.-F. Landry

Major, héros et héraut. Vaudois du monde d’avant. Du temps de Berne. Prend la tête d’une escouade et la perd, au sens propre et figuré.

Dans un texte oublié, C.-F. Landry suit ce Culliéran retraité, le montre haranguant ses lieutenants, montant avec eux et mille soldats vers la Porte Saint-Pierre, descendant la Rue de Bourg, franchissant le Flon comme un Rubicon avant de traverser la Palud, gravir l’escarpée Mercerie et aboutir au Château.

C’est ramuzien d’abord pour une subtile peinture du Dézaley, de la baie lumineuse de Cully, des arbres bouleversés par le printemps, comme si Davel quittait un Eden. C’est épique, ensuite, quand il s’agit de faire entendre le pas des chevaux, le tintement des fers sur le pavé lausannois.  Mais Landry réussit surtout à articuler le double portrait d’une population vaudois bigarrée, trouvant son petit confort dans la collaboration avec ce Bernois qui le dispense de gouverner, et celui d’un homme seul aux prises avec la nécessité d’être à la fois fidèle à Dieu et aux hommes, bref une vocation qui l’élève, le dépasse peut-être, le fait aspirer à la pleine extension de son humanité. D’un côté les Vaudois – petits Conseillers, notaires, ministres du culte – en prennent pour leur grade: fricoteurs, veules, opportunistes; de l’autre, Davel se dresse héroïquement, isolé par une qualité d’âme particulière, par une foi qui fait de lui un illuminé aux yeux de ses pâteux voisins alors qu’il demeure humble et patient, disponible au service, accordé en fait à cette terre âpre et variée, puissante, féconde, à jamais insoumise.

Tout cela, Davel a juste encore le temps de le dire à Vidy. Il mérite d’être entendu.

Davel, le patriote sans patrie  de C.-F. Landry
Campiche – Cam’Poche

Jean-Daniel Rousseil

 

Découvrir d’autres publications

Pas à pas, passages et passions.

Ouvrir le livre, c’est ouvrir une boîte-aux-lettres où, chaque jour, un ange a déposé une grande enveloppe cachetée. C’est une fébrilité, une légèreté de papillon pour un premier rendez-vous. C’est délacer ma cuirasse et déposer les armes. C’est faire taire les...

Itinéraires 124 – Ouvrir le Livre

Sommaire Itinéraires N°124   Ouvrir le Livre. Et pas n’importe lequel ! C’est bien celui avec L majuscule que nous choisissons d’ouvrir dans ce numéro, celui des religions monothéistes qui reconnaissent y trouver un contenu révélé ou inspiré par Dieu. La Torah ou...

Itinéraires 123 – Mutations

Les mutations en cours nous interpellent tous. Et nous aimerions tellement avoir des réponses claires, sûres, pour vivre avec un peu plus de sérénité, malgré tout. Face aux choix importants que nous devons faire, un philosophe comme Jean Bédard invite ses amis,...

Itinéraires 122 – Des jours et des heures…

Le 11 juillet 2022, le super-télescope James Webb nous a fait parvenir des images dont les scientifiques ont déclaré qu’elles émanaient de réalités vieilles de treize milliards d’années ! Stupéfaction! Au XXème siècle, et plus encore au XXIème, l’univers...

Itinéraires 121 – Pourquoi croire ?

Pourquoi croire en visionnant ces images insoutenables qui nous viennent de Turquie, de Syrie, d’Ukraine, du Congo, de Palestine, d’Ethiopie, pour ne citer que celles-ci ? Pourquoi croire quand on écoute la propagande des despotes ou des ayatollahs de tout acabit, des thérapeutes de soi-disant conversion ou des gourous dominateurs de tous ordres ?
(…)
Et pourtant je crois. La foi est une dimension ténue de l’existence tout en étant solide et capable de déplacer des montagnes. Mais elle reste mystère quant à la destinée du monde et des humains.

Itinéraires 120 – Traits d’union

À l’heure où nos institutions ecclésiales semblent avoir repris leurs distances et y camper, à l’heure où les crises qui nous submergent semblent faire passer l’essentiel dans les abysses, il y a un combat à mener, un combat que ne renieront pas les pionniers de notre revue. Des murs à (re)détruire et des ponts à (re)construire, chez nous autant qu’ailleurs dans le monde. Telle est notre intention en choisissant ce thème pour clore notre 30ème : mettre en valeur les personnes, communautés et les lieux qui balisent le chemin d’Unité.

Itinéraires 119 – Responsable(s)

Responsable(s) ? Mais de qui, de quoi ? Pendant combien de temps ? Responsable(s)
individuellement ou collectivement ? Répondre de ses actes, soit, mais devant qui : Dieu,
l’Etat, son patron, sa famille, sa conscience ?
Ces questions ne sont pas banales. Et les réponses ne vont de soi pour personne. Or les
appels à “se sentir responsable“ ne cessent de retentir au point que nous pourrions nous
sentir écrasés par leur nombre et l’importance des enjeux soulevés.

Itinéraires 118 – Enchantements

« Qui n’a jamais été ébranlé par le chant du merle, ne le sera pas non plus par la voix du misérable » bougonnait le sage.
Voix du monde, voix humaine, tintamarre, symphonie, vocifération, supplication, incantation…
Douze auteurs sont là pour nous rappeler, nous interpeller, nous réveiller. Qu’entendons-nous ? Qu’écoutons-nous ? Sur quoi, pour quoi s’ouvrent nos lèvres ?
Voulez-vous bien faire route avec eux ? Reprendre le refrain, le lamento, le psaume que fait monter le pas ?

Itinéraires 117 – Peurs

De la trouille ou de la pétoche qui ont fait trembler notre enfance, aux soucis, aux angoisses qui s’en viennent troubler nos consciences voire nos sommeils d’adultes, n’y a-t-il pas une autre forme de crainte, libératrice, qui nous saisirait devant tout ce qui nous dépasse, ce qui nous échappe. Et d’abord devant Dieu ! Levons donc les yeux vers les montagnes ! Bonne lecture !

Itinéraires 116 – Marie, Maryam, Miriam.

Trois prénoms, trois chemins, trois visages ? Ou un seul, placé sous trois regards ? Dans ce numéro interreligieux, vous pourrez laisser vivre cette question, la laisser s’approfondir et s’éployer à la rencontre de la toute jeune fille de l’exil et de la nativité, à l’écoute de la « mater dolorosa », de la « pietà » qu’elle fut plus tard, femme de joie et de peine, femme d’espérance. Bonne lecture !